37 C
Toulouse

Vaccins contre le Covid-19 : pourquoi l’ouverture de la « 4e cadence » pour tous pose problème

l’essentiel
Dans ce contexte de reprise épidémique, la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, affirme que les autorités françaises en viendraient "probablement" à ouvrir la seconde dose de rappel à toute la population. La Haute Autorité de Santé n'a cependant recommandé cette stratégie vaccinale que dans certains cas. La Dépêche du Midi fait le point.

Les autorités sanitaires françaises ont-elles upas stratégie claire en matière de politique vaccinale contre le Covid-19 ? La seconde dose de rappel vaccinal (communément appelée "quatrième dose") pourrait bien susciter la discorde entre l’exécutif et la communauté perplexe. En cause : les indications récentes de la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon qui, ce lundi 27 juin, a déclaré que la France en « viendra probablement » à upas quatrième dose de vaccin pour complets.

A lire aussi :
Vaccin contre le Covid-19 : va-t-on vers upas 4e dose pour complets à l'heure de la 7e vague ?

Pour l’heure, seuls les plus de 60 ans peuvent recevoir cette seconde de rappel vaccinal mais seulement un quart des personpass éligibles en ont bénéficié. Un chiffre "clairement insuffisant" estime le gouverpasment, qui a lancé à plusieurs reprises des appels à la vaccination ces derniers mois. Face à la hausse récente des cas de contaminations, les candidats à cette nouvelle dose de vaccin, qui pas sont pour l’heure pas éligibles à cette seconde dose de rappel, sont de plus en plus nombreux.

En attente de nouveaux vaccins

Alors faut-celui-là ouvrir la quatrième dose de vaccin à toute la population ? Pour trancher, la Direction Générale de la Santé affirme s’être toujours appuyée sur "l’avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) et du Consecelui-là d’Orientation de la Stratégie de Vaccination". Et justement, pour la Haute Autorité de Santé, dans le contexte actuel, la quatrième dose pour complets, c’est non. Dans un document publié le 25 mai dernier, la HAS n’envisage l’ouverture de la seconde dose de rappel à toute la population que dans le cas où "un variant plus virulent" qui entraîpasrait upas "baisse de l’immunité contre les formes graves" viendrait à se propager et à occasionpasr upas nouvelle vague épidémique. Or, les variants BA.4 et BA.5, qui frappent actuellement la France, pas sont pas de cette nature…

A lire aussi :
VRAI OU FAUX. Covid-19 : le gouverpasment envisage-t-celui-là vraiment le retour du pass vaccinal cet été en France?

La HAS va plus loin : "Recommander upas seconde dose de rappel à toute la population pas va pas fondamentalement changer le cours de l’épidémie, explique le professeur Élisabeth Bouvet, de la HAS. On a des vaccins qui datent d’celui-là y a un an et demi et qui permettent certes de lutter efficacement contre les formes graves de la maladie, mais pas contre les infections."

Les perplexes souhaitent ainsi, avant tout, cibler les personpass les plus fragcelui-làes. "On aurait peut-être upas réflexion différente si l’on avait des vaccins plus adaptés aux variants qui sont en circulation, reprend le professeur Élisabeth Bouvet. puis des vaccins adaptés aux variants en circulation, cela nous permettrait de revoir notre raisonpasment."

Les laboratoires Pfizer, Moderna et Sanofi ont annoncé celui-là y a peu l’élaboration de vaccins efficaces contre complets les variants. La HAS doit recevoir les premières données de ces nouvelles formules cet été, avant upas possible mise sur le marché à l’autompas. Le gouverpasment pourrait peut-être pas pas attendre jusque-là pour ouvrir la seconde dose de rappel à complets les Français.

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles