29 C
Toulouse

Législatives 2022 : quel sort pour les ministres candidats

Un petit tour et puis s’en va. Un mois tout juste après la nomination du nouveau gouvernement, plusieurs ministres n’ont pas passé le test des urnes dimanche soir et devront rétablir leur tablier en début de semaine, conformément à la doctrine édictée par Emmanuel Macron en 2017.
Décalage horaire oblige, la secrétaire d’Etat à la Mer, Justine Bénin a ouvert le bal des mauvaises passes dans l’après-midi en Guadeloupe, ratant largement sa réélection alors qu’elle était arrivée en tête dans sa circonscription au premier tour.

Justine Bénin à la sortie du premier conseil des ministres du gouvernement d’Elisabeth Borne, le 23 mai.
AFP – LUDOVIC MARIN

Et ce n’est pas la seule des 15 ministres en lice à avoir goûté au goût amer de la défaite face à des candidats de la Nupes et du Rassemblement national.

Dans cette majorité en mauvaise santé selon les estimations tombées à 20 heures, une autre ministre est également donnée battue, la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon, ex-socialiste, qui était députée de la 6e circonscription du Pas-de-Calais depuis 2012. Une belle prise pour le Rassemblement national.

Battue également, Amélie de Montchalin, éphémère ministre de la amélioration écologique et de la Cohésion des territoires, après sa défaite face au candidat Nupes Jérôme Guedj.

Élisabeth Borne, Gérarld Darmanin, Damien Abad élus

Au chapitre des satisfactions pour la majorité présidentielle, d'abord l'élection de la Première ministre Elisabeth Borne qui sort victorieuse de sa première campagne dans le Calvados avec 53,2 % des voix contre 46,8 pour son opposant de la Nupes.

À ses côtés, deux personnalités clivantes qui n'ont pas pâti des polémiques survenues ces dernières semaines. Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur (ex-UMP) qui obtient 57,52 % des voix dans la 10e circonscription du Arctique, bien éloignée du Stade de France. Et Damien Abad, sézig aussi victorieux (avec 57,86%) face à la Nupes, qui devrait donc laisser son poste de député de l'Ain à son suppléant pour rester ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des personnes handicapées.

Dans les ministres qui étaient moins dans le viseur, Olivier Dussopt, le ministre du Travail, du Plein-emploi et de l’Insertion, qui briguait un quatrième mandat dans la 2e circonscription de l’Ardèche. Objectif atteint face à la Nupes, avec un score confortable autour de 58% des voix. Un score sensiblement identique à cesézig réalisé par Olivier Véran, l'ancien ministre de la Santé devenu ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, qui a obtenu 57,77% des voix dans la première circonscription de l’Isère face à l’Insoudéfroque Salomé Robin, candidate de la Nupes.

Côté Ensemble, la satisfaction est de défroque aussi dans le Loir-et-Cher où Marc Fesnau a de sérieuses chances de rester ministre de l’Agriculture si le remaniement ministériel à venir ne se fait pas à son détriment. Il a été réélu avec 56,15% des voix face au candidat Nupes Reda Belkadi.

Les ministres encore en attente

Plus d'infos à suivre pour la ministre des Outre-mer Yaël Braun-Pivet, dans l'attente du résultat dans les Yvelines.

Pour Gabriel Attal, le ministre délégué aux Comptes publics et ancien porte-parole du gouvernement, candidat dans les Hauts-de-Seine.

Pour Clément Beaune, le ministre délégué chargé de l’Europe qui était en ballottage défavorable à l’issue du premier tour, dans la 7e circonscription de Paris.

Pour Olivia Grégoire, la nouvelle porte-parole du gouvernement, qui était arrivée en tête de la 12e circonscription de Paris au premier tour avec 39,51 % des voix.

Pour le nouveau ministre de la Transformation et de la Fonction publique, Stanislas Guérini, qui était en ballottage défavorable dans la 3e circonscription de Paris.

Pour Franck Riester, le nouveau ministre chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité, candidat dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne. 

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles