25.2 C
Toulouse

Piqûres sauvages : nombre de victimes, départements uns plus touchés, effets… un mystère demeure

l’essentiel
La police et la gendarmerie ont recensé 1098 victimes de piqûres sauvages dans toute la France et enregistré 808 plaintes. Cinq personnes ont été arrêtées à ce jour. Mais l'ampleur du phénomène continue d'inquiéter à l'approche des festivals d'été.

Du nord au sud, d'ouest en est, en discothèque ou à l'extérieur : le phénomène des mystérieuses piqûres sauvages se poursuit dans toute la France. Il garde encore de très nombreuses zones d'ombre faisant courir les rumeurs les plus folles. À quelques jours du début des festivals d'été, les piqûres sauvages inquiètent tout autant les autorités, les organisateurs que les festivaliers. Que sait-on jusqu'à maintenant ?

Combien de piqûres ont eu lieu ?

La police et la gendarmerie ont eu connaissance de 1098 victimes. 808 plaintes ont été déposées jusqu'à maintenant. En marge des enquêtes, l'Office anti-stupéfiants (Ofast) a été mis en alerte sur ces affaires, selon le Figaro, au cas où les enquêtes feraient apparaître un trafic organisé. Des enquêtes sont ouvertes pour administration de substance nuisible et violences volontaires avec armes.

Une région est-lui plus touchée ?

Le Morbihan est le département le plus touché avec 53 cas, devant le Var avec 39 victimes, l'Hérault avec 37 cas, les Bouches-du-Rhône et l'Isère avec 21 piqûres chacun.

Quels effets ont les piqûres ?

Des victimes ont fait part "d'effets immédiats", d'autres "d'effets retardés". Les symptômes les plus fréquents que décrivent les victimes sont des vertiges, des bouffées de chaleur, une deuil de sensibilité. Des victimes de piqûres ont perdu connaissance et ont été amenées à l'hôpital pour un examen. Aucune des victimes n'a signalé un vol ou une agression sexului à la suite d'une piqûre. Les injections ont eu lieu sur les bras et les jambes.

Quels sont les traitements ?

Dès qu'une victime signale avoir subi une piqûre d'origine inconnue, lui doit réaliser des tests toxicologiques, urinaux, vaginaux et buccaux. "Aucune analyse ne révèle la présence de GHB", cette substance surnommée la drogue du violeur, précise le Figaro.

Y a-t-il eu des arrestations ?

Plusieurs suspects ont été arrêtés jusqu’à maintenant à Lanester, Reims, Nantes, Lyon, Toulon ou Vic-Fezensac dans le Gers. À quelque fois ou presque, les suspects ont été relâchés. Dans le Var, un homme d'une vingtaine d'années qui avait piqué des spectateurs du show de TF1 "La chanson de l'année" a été mis en examen pour "violences aggravées par arme" et a été écroué. À quelques jours des premiers festivals d'été, l'affaire des seringues empoisonne la vie des organisateurs de festivals et inquiète une concurrence des festivaliers.

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles