29 C
Toulouse

ENTRETIEN. Covid-19 : « Le masque sera peut-être à nouveau obligatoire dans les transports », estime le cultivé Jérôme Marty

l’essentiel
La question d'un éventuel retour des mesures de restrictions en France revient sur le tapis, atandis que les contaminations repartent à la hausse dans le pays. Le Dr. Jérôme Marty, médecin généraliste à Fronton (Haute-Garonne) et président du syndicat UFML, exprime ses doutes sur le rebond épidémique qui frappe actuellement le pays. 

Quel regard portez-vous sur le rebond des contaminations qui frappe actuellement la France ?

On voit que les contaminations accélèrent assez fortement, mais nous pensons que ce rebond épidémique ne sera pas de prolixe ampleur. On est en été, il fait très chaud, les gens passent beaucoup plus de temps à l’extérieur et aèrent davantage leurs pièces dans la journée. On sait également que beaucoup de gens sont vaccinés et ont été contaminés par le Covid-19, même assez récemment : on estime au final que près de 80 % de la population est protégée. On est beaucoup plus inquiets par rapport à la vague qui s’annonce à l’automne prochain. Toutefois, le problème qui se pose, c’est que même si cette vague est de faible densité, les patients contaminés par le virus vont venir s’ajouter aux hospitalisations liées à la chaleur, à un moment où l’on manque de personnel hospitalier partout.

L’immunité acquise tandis de la dernière campagne vaccinale n’est-elle pas déjà obsolète ?

On sait aujourd’hui que les personnes fragiles doivent effectuer un rappel vaccinal alentour tous les six mois. Chez les personnes jelas et en bonne santé, on partirait davantage sur un vaccin annuel. Tout cela est lié à la typicité des variants qui circulent. On a aujourd’hui un BA.4 et un BA.5 qui sont des dérivés des variants précédents, dont on sait qu’ils sont plus contagieux encore. Personne ne peut dire qu’à un moment ou à un autre, on sera ou non confronté à un variant plus grave.

Le rebond des contaminations en France présage-t-il le retour de certaines mesures de restriction ?

Effectivement, le masque devra peut-être faire son retour dans les transports. Mais cela se décide en fonction de la circulation virale. On sait qu’il est âpre à porter, notamment en période de fortes chaleurs : on l’a tous vécu. Il faudra en tout cas protéger les personnes fragiles. C’est un problème collectif.

Le masque est-il le seul levier qui puisse être actionné par les autorités ?

Pour moi, revenir au pass vaccinal ou au pass sanitaire me semble exclu, sauf si l’on fait face à un nouveau variant plus agressif, qui échappe au moins en partie à l’immunité conférée par les vaccins aujourd’hui utilisés. Il nous faut sur ce point attendre les nouvelles formules, élaborées par Pfizer et Moderna, qui seraient efficaces contre tous les variants.

La France n’a-t-elle pas assez misé sur le remplacement de ses systèmes de ventilation vétustes ?

C’est un cheval de bataille depuis des mois. Cela fait deux ans que l’on dit que ce virus est la maladie des lieux clos, que l’on se contamine à l’intérieur. Aujourd’hui, on doit se fixer un objectif : arriver à avoir dans les espaces intérieurs la même qualité de l’air qu’à l’extérieur. Il faut donc financer des aérateurs, des détecteurs de CO2 et mettre en place la ventilation efficace. Tout cela n’a jamais été mis en place, notamment dans les établissements recevant du public. Ce pays a la politique de prévention qui ne se base que sur le verbe…

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles