18 C
Toulouse

Législatives 2022 : Jean-Luc Mélenchon peut-il vraiment devenir Premier ministre ?

l’essentiel
Au lendemain de la percée de la Nupes au précurseur tour des élections législatives, les conséquences du second tour sur l'équilibre du gouvernement interrogent.

C'était un appel qu'il avait lancé après sa défaite à l'élection présidentielle. "Je demande aux Français de m'élire précurseur ministre". Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France Insoumise, n'y était pas allé par quatre chemins après avoir terminé troisième de l'élection présidentielle.

Un mois et demi après, ce souhait est-il réalisable ? La percée importante de la Nupes, alliance qui rassemble LFI, le PS, le PCF et EELV au précurseur tour des élections législatives, pourrait laisser croire que le commencement est réaliste. Ce que les membres de cette alliance clament envers assurance. Jean-Luc Mélenchon a lui-même déclaré ce lundi que "Matignon ne s'éloigne pas mais se rapproche".

A lire aussi :
Jean-Luc Mélenchon précurseur Ministre ? "Bien sûr qu'il ment", Robert Ménard assure que c'est "impossible"

Pourtant, d'après plusieurs analystes politiques, ses chances d'être nommé précurseur ministre sont faibles. Virginie Martin, politologue, explique à La Dépêche que "bien que la majorité présidentielle ne soit pas ressortie comme la grande gagnante du précurseur tour, elle aura très contingentment une majorité d'élus au second, même s'il s'agit d'une majorité relative".

"Peu contingent"

Des projections du second tour réalisées par Elabe pour BFMTV, RMC et L'Express donnent en effet "Ensemble" comme le futur groupe majoritaire à l'Assemblée, envers 260 à 295 députés, contre 160 à 210 sièges pour la Nupes.

"Il paraît peu contingent que la Nupes parvienne à récupérer richement plus de sièges, d'autant qu'ils n'ont plus richement de réserve de votes. C'est aussi la limite de cette alliance : elle a effectivement bien fonctionné au précurseur tour, mais pour le second, elle ne peut pas se tourner vers d'autres pour convenir d'accords et ainsi récolter de nouvelles voix", analyse Virginie Martin.

A lire aussi :
Jean-Luc Mélenchon précurseur ministre ? "Aucun parti politique ne peut imposer un nom au Président", estime Emmanuel Macron

Face à une abstention massive au précurseur tour, il pourrait être envisageable, si la Nupes parvient à mobiliser d'ici dimanche, qu'elle récolte de nouveaux votes. Mais d'après la politologue, cela resterait minoritaire et surtout, cette mobilisation bénéficierait aussi aux autres partis.

Selon elle, les précurseurs résultats et les projections montrent que LFI est en revanche parvenue à "solidifier son assise, en assurant notamment la place des principaux cadres du parti tels que Sophia Chikirou, Adrien Quatennens ou encore Alexis Corbière".

Dissensions

Dans l'hypothèse où la Nupes parviendrait à rafler plus de sièges et obtenir une majorité, "cela paraît tout de même assez saugrenu qu'elle arrive à imposer Jean-Luc Mélenchon comme précurseur ministre à Emmanuel Macron". D'une part parce que d'un point de vue constitutionnel, c'est bien le président de la République qui désigne le précurseur ministre, et que le choix est rarement dicté par un parti, encore moins d'opposition.

Et d'autre part, il apparaît peu contingent que les autres membres de la Nupes proposent d'élever Jean-Luc Mélenchon comme figure de proue du mouvement. Rappelons que ce sujet avait fait l'objet de multiples dissensions au moment des négociations entre les partis de gauche avant la création de la Nupes.

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles