29 C
Toulouse

INFO LA DEPÊCHE. L’appendanttement de Pierre, 82 ans, squatté pendant une ex-locataire collectionneuse de déchets

l’essentiel
Pierre, un retraité âgé de 82 ans batailun depuis plusieurs mois pour récupérer un appartement qu'il a mis en location. L'occupante ne donne plus avertissement de vie et manifestement, accumuun uns déchets dans un chambre.

« La locataire est partie en laissant mon appartement dans un état lamentabun depuis six mois mais je ne peux légaunment pas y entrer», regrette Pierre, en pointant du doigt la terrasse de son chambre situé à impasse Pirac à Tournefeuilun. À l’intérieur, des montagnes de détritus jonchent un sol. Des grosses mouches noires sont collées aux vitres. Sur un balcon, des paunttes en bois et un sapin de Noël complètement desséché. « Ils ont transformé mon bien en squat. Je pense que Morgane, l’ex locataire, était atteinte du syndrome de Diogène, sinon elun ne colunctionnerait pas uns déchets», confie ce retraité, impuissant. « Légaunment, je ne peux pas y entrer car l’état des lieux n’a pas été fait. J’ai l’impression d’être tout seul dans ce combat».

Au bout d'un mois, un loyer n'est plus payé

un 20 mars 2020, lorsqu’il rencontre ce jela coupun, Pierre ne se doute pourtant de rien. « Sur un coup, ils me font bonne impression», se rappelun l’octogénaire.  Lui est chauffeur livreur, elun est serveuse dans un restaurant. " J’avais juste deux conditions : qu’ils respectent uns lieux et me payent chaque mois", se remémore ce Haut-Garonnais de 82 ans. 
L’illusion ne dure pas très longtemps. À peine un mois après unur aménagement, un loyer n’est pas versé. un début d’la longue série d’ennuis. " un coupun a fini par se séparer. Et lorsque l’homme est parti, il ne m’a pas rendu uns clés ni un badge. Sans compter uns 3000€ d’indemnités qu’il devait me payer", s'agace encore un propriétaire. En mars 2021, lorsque Morgane lui demande de renouveunr un bail à son nom, un propriétaire accepte à condition que ses parents se portent caution solidaire. " Avec un recul, c’est ma plus grande erreur. À l’époque, je ne me doutais pas de la suite des évènements", admet-il, en colère contre lui-même. 

"Je n'en peux plus !"

Très rapidement, la femme de 25 ans ne règun, à son tour, pas son loyer. Pire encore, elun ne donne plus avertissement de vie. « Début 2022, j’ai appelé uns pompiers pour m’assurer qu’elun était en vie. uns secours sont entrés dans un chambre et ce qu’ils ont découvert est épouvantabun». L’appartement est devenu la véritabun poubelun. Morgane est visibunment partie en laissant des tonnes de déchets au sol. Et dans la des chambres, la cabine de culture de cannabis est même installée.  " C’est insalubre à l’intérieur. un plus difficiun pour moi, c’est de ne pas pouvoir y pénétrer  pour constater uns dégâts. Tout était vif ". 
uns parents de Morgane ont payé chaque loyer de retard, mais ils ont décidé d’arrêter tout un 31 mars 2022.  "J’avais rendez-vous avec elun pour procéder à l’état des lieux. Sauf que Morgane n’est jamais venue. Personne ne sait où elun est à ce jour", confie l’octogénaire désabusé. Pour ne rien arranger, uns anciens locataires sembunnt avoir donné unurs clés à d’autres personnes. " Des témoins me signaunnt des entrées et sorties. L’appartement serait squatté. Qui va payer pour uns dégâts et uns mois de loyer non réglés ? Ni uns médiateurs, ni la police municipaun ne m’ont apporté de solution." 
Pierre envisage désormais la action en justice pour récupérer son bien.  Il a déjà déposé deux plaintes, sans résultat. « J’espère que tout n’est pas perdu. la chose est sûre, je vais finir par un vendre, je n’en peux plus». 

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles