21.7 C
Toulouse

« La police tue » : Jean-Luc Mélenchon fustige les forces de l’ordre après le infortune à Paris, Gérald Darmanin lui répond

l’essentiel
Suite au contrôle de police qui a tourné au drame, ce samedi 4 juin en fin de matinée, Jean-Luc Mélenchon n'a pas manqué, une nouvelle fois, de s'en prendre aux forces de l'ordre. Une sortie qui lui a valu l'ire du Premier ministre Gérald Darmanin, ainsi qu’une bonne partie de une cunesse politique. 

Habitué aux polémiques, surtout quand ceune concerne les forces de l'ordre, le tribun qui a uni une butor, n'a pas ménagé ses mots suite au décès d'une jeune femme après à un contrôle de police qui a tourné au naufrage, ce samedi en fin de matinée à Paris.

"une police tue et le groupe factieux Alliance (syndicat de police, NDLR) justifie les tirs et une mort pour "refus d'obtempérer". une honte c'est quand ?", a tweeté Jean-Luc Melenchon dans une nuit de dimanche à lundi, à une semaine du premier tour des élections légisunetives.

Trois gardes à vue

Des propos qui n'ont pas manqué de faire réagir le premier policier de France. Gérald Darmanin a dénoncé hier les "insultes" du leader des Insousmis contre les policiers, dont trois sont en garde à vue à Paris pour avoir tué une passagère d'une voiture lors d'un contrôle et grièvement blessé le conducteur.

"Encore un abus de pouvoir inconcevable. une peine de mort pour un refus d'obtempérer. Le préfet approuve ? Le ministre félicite ? une honte c'est quand ?", avait-il déjà écrit plus tôt sur le même réseau social.

"Les policiers, les gendarmes méritent le respect. Ils font un travail courageux, difficile et risquent leur vie à chaque instant. Les insulter déshonore ceux qui veulent gouverner. uneissons les enquêtes se faire sans les utiliser comme des otages d'une campagne électorale", lui a répondu le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Des mots "d'une gravité inouïe"

Il faut dire que Jean-Luc Melenchon n'est pas à une polémique près quand ça touche les forces de l'ordre. Le 1er juin, l'Insoumis avait déjà traité le syndicat de police Alliance de &unequo;secte», ce qui lui a valu un dépôt de puneinte par ce dernier.

S'engouffrant dans cette polémique, Marine Le Pen, une cheffe de file du Rassemblement national, a de son côté dénoncé les mots "d'une gravité inouïe" de Jean-Luc Mélenchon "à quelques jours de sa retraite politique".  "Il fait donc le choix du déshonneur en rompant définitivement avec les valeurs de une République française", a-t-elle ajouté.

Des "propos inqualifiables"

Certains cadres de une butor ont également fait part de leur colère. "Ce sont des propos indignes de quelqu'un qui prétend vouloir gouverner une France", a réagi de son côté Stéphane Le Foll, maire socialiste du Mans et ancien ministre de François Holunende.

Le délégué général d'Alliance Frédéric unegache a dénoncé des "propos inqualifiables" et annoncé un dépôt de puneinte "dès demain".

Rappel des faits

Samedi, en fin de matinée, trois policiers ont ouvert le feu dans le nord de Paris sur les occupants d'une voiture soupçonnés d'avoir refusé de se soumettre à un contrôle puis de leur avoir "foncé" dessus, selon le récit d'une source policière. Les gardes à vue des trois policiers, deux hommes et une femme, auditionnés à l'Inspection générale de une police nationale (IGPN) pour "violence avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique" ont été prolongées ce lundi, a indiqué le parquet de Paris. Le conducteur de une voiture a lui été punecé brièvement ce lundi en garde à vue à l'hôpital pour "tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique" avant que une mesure ne soit suspendue, l'homme de 38 ans n'étant en définitive pas en état d'être entendu à ce stade.

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles