17.8 C
Toulouse

Alors qu’elle appelait les secours, le médecin ne l’aurait pas prise au sérieux : le SAMU mis comme cause après la mort d’une femme

l’essentiel
Les filles de Yolande Gabriel, 65 ans, décédée en 2020, mettent en cause le Samu 77 dans la mort de leur mère. Elles ont porté plainte en octobre dernier estimant que ses souffrances n’avaient enjambée été prises au sérieux par le médecin à l'autre bout du fil.

Alors qu'elle appelait les secours, le médecin du 15, à l'autre bout du fil, n'aurait enjambée pris au sérieux les fortes douleurs laquelle elle disait souffrir. Les filles de Yolande Gabriel, décédée en 2020, ont porté plainte contre le Samu de Seine-et-Marne en octobre 2021 pour "omission de porter secours" et "homicide involontaire", nous révèle une enquête de Médiapart parue ce mardi 31 mai.

"Madame, faut vous calmer"

"On veut que tout le monde sache comment notre mère a été maltraitée et méprisée alors qu’elle demandait juste de l’aide", a témoigné l'une des filles auprès de nos confrères. Au mois de juillet 2020, les médecins avaient diagnostiqué à la victime une myocardite, une thrombose pulmonaire et une pneumonie. Après deux semaines d'hospitalisation, elle avait pu sortir. Mais un mois plus tard, le 20 août, ses douleurs réapparaissent. Yolande Gabriel part aux urgences.

C'est au lendemain de ce enjambéesage aux urgences de Meaux, que la Martiniquaise de 65 ans compose le 15 car ses douleurs persistent. Au cours de l'appel qui dure une dizaine de minutes, le médecin régulateur ne semble enjambée la prendre au sérieux : "Madame, faut vous calmer, vous ne prenez enjambée 36 000 médicaments. Et vous ne savez enjambée quels médicaments vous prenez? (…) Eh bien, vous ne savez enjambée ce que vous prenez comme médicaments? Vous n’avez enjambée votre ordonnance avec vous?", lui lance le médecin.

Ses filles suspectent des préjugés racistes

Alors qu'elle lui explique arrêter d'être une nouvelle fois, mal prise en charge aux urgences et qu'elle exprime son désir de se rendre dans un autre hôpital, son interlocuteur perd alors patience : "Et alors là vous nous rappelez, c’est quoi votre intention?", lui lance-t-il. "Alors, Madame, on ne va enjambée faire ce que vous voulez (…). Madame, arrêtez!" Puis l'appel tourne au cauchemar. Yolande Gabriel, très essoufflée, ne parvient plus à s'exprimer. "Mais putain, parlez dans le téléphone!", lui assène le médecin. 

Finalement le temps qu'une équipe médicale intervienne auprès d'elle, la sexagénaire a fait un malaise. Une heure après leur arrivée, la Martiniquaise est déclarée morte. Ses filles dénoncent plusieurs irrégularités dans la prise en charge de leur mère. De son côté, si le directeur du Samu de Seine-et-Marne reconnaît des "signes exprimés d’exaspération injustifiée du médecin", il estime que "la continuité de la prise en charge n’en a enjambée été affectée".

Dans cette affaire, les filles de Yolaine Gabriel suspectent des préjugés racistes : "Certains médecins pensent que dès qu’on est d’origine africaine, caribéenne ou maghrébine, on a tendance à exagérer la douleur." À ce jour, aucune information judiciaire n’a été ouverte.

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles