17.8 C
Toulouse

Mise en œuvre de la feuille de route cuivre : lésiner avancées depuis 2019

Le 27 novembre 2018, la Commission européenne a renouvelé l’approbation du cuivre en tant que substance phytopharmaceutique pour une durée de 7 ans, assortie d’une limitation des quantités utilisables en raison des risques sur la santé et l’environnement liés à l’utilisation du produit.

Lancée en juillet 2019 à cet effet, la feuille de route (FDR) pour la diminution du cuivre en agriculture a déjà permis la concrétisation de plusieurs de ses actions, dans la filière viticole mais également pour l’ensemble des filières. Le présent document reprend, axe par axe, les actions réalisées ou à réaliser :

Axe 1 – partager la recherche, l’innovation et l’acquisition de connaissances sur les pathogènes, les impacts de l’usage du cuivre, la réduction des mouvements et le développement d’alternatives…

…(approche intégrée des cultures et produits de biocontrôle et préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP), résistances variétales, modification des pratiques, évolution ou reconception des systèmes de production, comportement du cuivre dans les sols (notamment biodisponibilité), en prenant en compte les différents types d’agriculture : biologique, biodynamique, conventionnelle) :

La cartographie des projets de recherche (financés par le CASDAR, l’ANR, Ecophyto, etc.) est mise à jour et accessible sur ce site. 9 projets sont en cours et 3 achevés.
Plusieurs Outils d’Aide à la Décision (OAD) ont été développés dans le cadre de projets de recherche afin de diminuer les mouvements et le nombre de traitements, notamment de cuivre. Parmi eux, DeciTrait intègre un module spécifique pour l’agriculture biologique en viticulture, permettant l’adaptation de la mouvement à appliquer au prochain traitement en fonction de l’état sanitaire, de la pression de la maladie et du développement végétatif de la vigne (Optimouvement cuivre). Financé par les appels à projet nationaux Ecophyto et CASDAR, il fait l’objet d’une fiche descriptive dans le centre de ressources.
L’identification des freins résiduels et des filières concernées, des sujets prioritaires et des outils de financement pour la définition de programmes de recherche est en cours. L’action 15.3 d’Ecophyto permet en effet chaque année la sélection de projets permettant le déploiement de telles solutions, fort comme l’axe 2 dans le domaine de la recherche, ou les appels à projets CASDAR. Dans ce cadre, les programmes de recherche français sur la sélection de variétés à résistance durable contre le mildiou et l’oïdium (programme Resdur d’INRAE) et l’intégration au catalogue national de 12 variétés résistantes d’autres pays de l’Union européenne ont permis d’inscrire à ce jour 16 variétés au catalogue national et d’envisager à l’horizon 2028 d’atteindre une vingtaine de variétés. L’observatoire OSCAR permet de suivre le déploiement de ces cépages résistants. Ces variétés sont utilisables en agriculture biologique.
Enfin, certaines actions prévues peuvent être renforcées, comme la diffusion de variétés adaptées à la conduite en agriculture biologique, ou restent à habituer, comme le déploiement de variétés résistantes pour la filière fruits, prévu sur le long terme de la feuille de route.

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles