29 C
Toulouse

Guerre en Ukraine et agriculture : notre lettre ouverte

Greenpeace France, Générations futures, les Amis de la Terre et 23 autres organisations environnementales, citoyennes et paysannes, dénoncent l’instrumentalisation de la guerre en Ukraine par les représentants d’une agriculture productiviste. Ensemble, elles ont adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron, Président de la République à la tête de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), et à Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Alors que la guerre en Ukraine présage de graves conséquences pour l’agriculture et la sécurité alimentaire en Europe et dans le monde, les porte-étendards de l’agriculture industrielle cherchent à affaiblir les rares avancées environnementales des politiques agricoles européennes pour pousser leur logique productiviste, justifiant de répondre à une demande alimentaire mondiale.

Il ne leur aura fallu que quelques jours pour s’engouffrer dans la brèche et ainsi intensifier leur lobbying contre la stratégie européenne “De la ferme à la fourchette”. La FNSEA a appelé à son abandon en la qualifiant de “décroissante”. Dans cette même lignée, des représentant·es politiques, comme Valérie Pécresse ou le ministre de l’Agriculture, ont demandé la mise en production des 4% de terres en jachères, qualifiées à tort de “non-productives” alors qu’elles sont essentielles à la fertilité des sols et à la biodiversité des milieux agricoles.

La fragilité de notre agriculture productiviste

S’il est nécessaire de prendre des mesures immédiates pour répondre aux conséquences terribles de la guerre, cela ne doit pas être au détriment des autres enjeux auxquels l’humanité fait face, comme la souveraineté alimentaire des peuples ou l’urgence climatique, rappelée récemment par le GIEC.

La situation actuelle illustre de manière frappante à quel point l’alimentation et l’agriculture européennes, et l’élevage industriel en particulier, sont dépendants des importations : engrais de synthèse et pesticides, fabriqués à partir de gaz et de pétrole en partie importés de Russie, voient leur prix s’envoler. Même constat avec les céréales et les oléagineux importés d’Ukraine pour l’alimentation animale, dont les éleveurs et éleveuses dépendent.

Des choix de société s’imposent

La guerre en Ukraine et ses conséquences nous forcent ainsi à réfléchir aux choix fondamentaux de l’agriculture européenne et de l’accès pour toutes et tous à une alimentation saine et respectueuse de l’environnement. Au-delà des premières mesures d’urgence, nos organisations demandent qu’une véritable transition agroécologique soit mise en marche : c’est la seule compatible avec l’autonomie de nos agriculteurs et agricultrices, et donc avec notre souveraineté alimentaire.

Nous appelons également à un sursaut de la communauté internationale pour prendre des mesures immédiates et de moyen terme adaptées, sous l’égide du Comité de la sécurité alimentaire mondiale. Le G7, qui se réunit exceptionnellement sur le sujet vendredi 11 mars, ne représente que les principaux pays producteurs de céréales et non ceux dépendants des importations. Il ne saurait être un espace légitime et inclusif face à cette crise mondiale.

Pour contribuer à la vraie souveraineté alimentaire, énergétique et écologique de la France et de l’Europe, les rares avancées environnementales des politiques publiques européennes agricoles et alimentaires doivent être préservées et le plan de résilience prévu par le gouvernement doit être construit sur une vision de long terme en prenant en compte les intérêts des citoyen·nes du monde entier.

Articles Connexes

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers Articles